Quand la fin arrive...

 

 

Sur les trente dernières années, la longévité des chats a considérablement augmenté, grâce aux progrès médicaux et nutritionnels et une meilleure prise en charge des pathologies.
Leur espérance de vie s'est allongée de 5 ans sur cette période et atteint aujourd'hui 11 ans.

La décision de l'euthanasie

Face à un chat très âgé ou malade dont le pronostic vital est engagé, les propriétaires sont généralement démunis et ont du mal à gérer la situation. La décision de l'euthanasie est souvent mal vécue. Dans le meilleur des cas , l'animal est âgé et présente tous les signes de l'âge. Mais la fin de vie peut arriver plus tôt lorsque le chat souffre d'une maladie mortelle.
Différents facteurs sont à prendre en compte :
- La maladie est-elle curable ou non ?
- Les symptômes ont-ils un impact sur son bien être ?
- Est-il possible d'améliorer la douleur ?

La décision de l'euthanasie se prend en intégrant les facteurs cités ci-dessus et en concertation avec son vétérinaire, le plus à même de donner un avis médical impartial.
L'impossibilité de soulager la douleur où lorsque les conditions de vie du chat se dégradent : chat très âgé, privation de sens (vue, ouïe), qui peine à se déplacer et/ou à manger, alors on peut se poser la question de son bien être.

Après le décès

Plusieurs solutions existent pour nous aider à mieux accepter la perte de cet être cher avec qui on a partagé quelques années de notre vie et lui assurer une fin digne.

L'équarrissage (destruction du corps):

Elle est prévue dans le Code rural (article 264) qui pose des conditions strictes concernant l'inhumation des animaux. " Les propriétaires ou détenteurs d'un ou plusieurs animaux morts pesant au total plus de 40 kg sont tenus d'avertir dans les plus brefs délais l'équarrisseur autorisé d'avoir à procéder à l'enlèvement du ou des cadavres. " Une solution certes économique mais difficile à envisager quand on a choyé son animal comme s'il faisait partie de la famille. Si votre animal pèse plus de 40 kg, il faudra pourtant vous y résoudre.

L'incinération :
C'est l'option la plus prisée des propriétaires, il existe une trentaine de Centre d'incinération en France. La crémation peut être individuelle, elle présente l'avantage de pouvoir conserver les cendres dans une urne ou collective. Dans ce cas là les cendres sont dispersées. Dans les 2 cas un suivi et un soutien psychologique sont assurés au sein de la société. La société peut aussi venir chercher la dépouille de l'animal au domicile ou chez le vétérinaire.

Vous pouvez aussi choisir d'enterrer votre chien ou votre chat dans un cimetière animalier géré par des sociétés privées ou des associations à but non lucratif. Le plus célèbre et le plus ancien est le cimetière d'Asnières, dans les Hauts-de-Seine. Des services de pompes funèbres rattachés au cimetière existent parfois. Ils s'occupent de tout, viennent chercher l'animal à votre domicile, le transportent au cimetière et l'inhument. Il vous en coûtera les frais de concession renouvelables (un an à 20 ans), les frais d'enfouissement, la taxe d'inhumation, plus le prix du cercueil et de la dalle. Pour connaître la présence d'un cimetière dans votre département, renseignez-vous auprès de votre mairie

Liste des cimetières animaliers et centres d'incinération sur le site de 30 millions d'amis.

Enterrer son chat :

Si vous avez un jardin, et que votre animal pèse moins de 40 kg, vous pouvez l'inhumer mais en respectant des règles strictes. Vous devrez creuser un trou de 1 mètre de profondeur et à 35 m de distance, au moins, des habitations, puits, point d'eau les plus proches… Et recouvrir le corps de chaux.

Enterrer son animal : Les tarifs


- Incinération : entre 60 et 150 euros selon le poids de l'animal.
- Inhumation : de 100 à 600 euros selon le cercueil, l'emplacement etc…

 

 

 

-Retour-     

 

Accueil >Quand la fin arrive...
© Tous droits réservés 2009

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash