L'ÉDUCATION DU CHAT

 

 

Un chaton bien élevé !

Pour bien s'occuper d'un chaton, il faut bien connaître ses besoins.

-Donner du lait à un chaton: Oui à condition de lui donner du lait spécialisé pour chatons car il ne digère pas le lait de vache qui lui provoque des troubles intestinaux.

-La propreté: La propreté est innée chez le chat, c'est spontanément qu'il choisit de faire ses besoins dans sa litière.

-Il mordille les doigts: Un chaton perd ses dents de lait entre 3 mois et demi pour les incisives et 5 mois pour les crocs et les molaires. Mais ce changement de dentition ne justifie pas les morsures car ce petit jeu pourrait vite se transformer en mauvaise habitude...

-Il joue tout le temps: Il faut l'encourager car le jeu contribue à améliorer son équilibre psychique autant qu'il aide à renforcer sa musculature, à développer son apprentissage de la chasse et à mieux coordonner ses gestes. Offrez-lui des jouets achetés en animalerie ou fournissez-lui des occasions de se défouler avec des jouets faits maison: Boules de papier froissé, bouchon de liège...

Mon chat fait des bêtises quand je ne suis pas là !

Si votre chat s'en prend à vos plantes dès que vous quittez la maison, c'est sans doute que le manque de stimulation le rend anxieux et nerveux et pas pour "se venger" de votre départ.

Lorsque vous partez, la maison devient totalement silencieuse et sa seule source d'animation (vous) n'est plus là. Cette frustration va augmenter son besoin d'activité, il va alors utiliser tout ce qui est à sa portée pour se créer des proies imaginaires: un torchon qui pend et voilà le chat qui s'accroche au torchon et le traîne par terre ! La frustration de stimulation conduit le chat à provoquer du mouvement ou à se mettre à l'affût, tout simplement pour satisfaire ses besoins et non pas comme les propriétaires imaginent à tort que le chat "se venge"parce que son maître le laisse seul !!

Ce qu'il ne faut pas faire pour éviter de renforcer ce comportement:

Épuiser le chat: L'empêcher de dormir pour qu'il soit épuisé lorsque vous partez car vous allez créer une tension et le chat devra décharger cette tension sur les objets lorsque vous serez parti.

Assommer le chat par des activités étourdissantes:

Objets rapides, balles hyper rebondissantes...Ces activités génèrent de la tension qui met du temps à redescendre, et cette fatigue n'est pas une bonne fatigue.

Placer le chat dans un environnement où il n'y a rien à casser:

Cela aggravera son malaise, et il risque de perdre encore plus son contrôle.

Ce qu'il faut faire pour apaiser le chat:

Les attitudes qui ne vont pas renforcer les destructions du chat vont être à l'inverse des précédentes !

Encouragez la détente:

Si le chat commence une toilette typique d'un moment de repos, évitez ce qui fait du bruit, ne le manipulez pas, ne le sollicitez pas.

Rythmez son existence:

Alternez des phases actives et des phases de pause. Lorsque vous jouez avec votre chat, prenez la direction du jeu en imposant des moments d'arrêt ou vous ne bougez plus du tout. Reprenez le jeu dès que la tension retombe.

Habituez-le à vos absences:

Ne pas habituer votre chat à une disponibilité permanente, cela peut se faire aisément en prévoyant des activités dans une pièce fermée, inaccessible au chat.

Mon chat veut être le chef !!

La notion de territoire: Comme tous les félins, le chat est un animal solitaire qui supporte assez mal de partager son territoire. Un chat qui dispose d'un jardin, n'hésite pas à se battre avec ses congénères pour lui montrer qu'il est chez lui...Il agit parfois de même avec ses maîtres !

Il impose sa loi: Lorsque le chat agresse son maître, c'est qu'il aimerait être le dominant. C'est dans la nature du chien d'accepter d'être dominé car c'est un animal de meute. Ce n'est pas le cas du chat. Si votre chat est particulièrement dominant et que vous êtes trop dans l'affectif avec lui, le risque de domination risque de s'accentuer.

La hiérarchie, la sociabilisation: Le chat apprend les codes sociaux et la sociabilisation avec sa mère vers l'âge de 4 à 5 semaines jusqu'à 12 -14 semaines. Durant cette période, il va se battre avec ses congénère: Griffures, morsures et ripostes vont le conduire à moins appuyer avec ses dents et à ne plus sortir ses griffes.

Un enfant gâté: Le chat est exigent. Quand il a choisi une marque d'aliments, vous êtes obligés de vous plier à sa décision ! Et pour le séduire, il ne suffit pas de bien le nourrir, il faut aussi savoir jouer avec lui. Or, seuls les jeux qui lui rappellent la chasse le passionnent vraiment: Poursuivre une proie, la capturer, lui donner des coups de patte, la mordre...Il faut lui trouver des jeux évoquant une souris ou un oiseau...Laissez lui aussi des boîtes en carton dans lesquelles il pourra se cacher...

Des solutions lorsque votre chat vous agresse:

Faire un grand "aïe" et se détouner du chat.

Rester très calme en toute circonstance.

Ne jamais répondre par la violence, si vous le tapez, il ne l'oubliera jamais et va lier votre main à la douleur. Utiliser le renforcement positif (Voir rubrique ci-dessous)

Le renforcement positif

Débordant d'énergie, curieux de tout et agissant souvent en fonction de ce qui lui procure du plaisir, le chaton peut être amené à commettre des actes qui ne vous conviennent pas : Faire ses griffes sur les meubles, mâchouiller vos affaires ou vos plantes (Sachant qu'il est normal qu'un chaton mâchonne tout ce qui lui tombe sous la patte, c'est sa façon à lui d'explorer le monde)

Limitez les interdictions :

Mais fixez-les une fois pour toutes, quelles que soient les circonstances.

Toute sanction physique est à prescrire totalement! Que ce soit de lui mettre son nez dans son urine ou l'obliger rester dans son bac à litière sous prétexte qu'il comprenne qu'il doit y faire ses besoins ! Vous risqueriez de le blesser et à coup sûr de susciter de façon définitive sa méfiance à votre égard.


Si le chat est aujourd'hui l'animal préféré des Français, il reste néanmoins mal connu. Sa part de mystère, le caractère insaisissable de son comportement et de nombreuses idées reçues véhiculent une aura parfois négative sur ce petit animal. A ce point qu'il n'est pas rare d'entendre dire qu'il est parfaitement impossible d'éduquer voire de "corriger" son caractère. Certes, des limites sont posées par l'origine de l'animal et son histoire mais votre intervention appropriée peut être déterminante dans un processus éducatif ou une phase de correction de certains troubles. Dans tous les cas, il convient de s'adapter à l'âge de votre compagnon.

Le récompensez :

Félicitez-le pour ces bons comportements et récompensez-le par une caresse et parfois une friandise. Votre chat sera ainsi encouragé à répéter les actions qui déclenchent des réponses agréables.

Le stimuler de façon positive :

Plus un chat est occupé, moins il est susceptible de faire des bêtises. proposez-lui des activités stimulantes et un environnement varié qu'on lui permet de se développer tant sur le plan intellectuel que physique. Consacrez-lui du temps pour jouer.


Savoir choisir un chaton


La large majorité des chats qui animent nos maisons est souvent issue d'une rencontre du hasard. Une annonce chez un commerçant, une affichette chez le vétérinaire, un voisin encombré, une rencontre au détour d'une rue

Connaître la mère
Son rôle est primordial. Elle doit pouvoir exercer ses fonctions maternantes dans un climat serein. Son rôle sur le développement du chaton est essentiel : " La première influence, est celle de l'empreinte maternelle. L'empreinte est une forme particulière d'apprentissage dans laquelle le jeune identifie puis reconnaît un objet pour lequel s'établit le lien filial d'attachement: la mère dans les conditions naturelles. . D'où son importance sur le comportement futur du chaton. Sauf à vouloir simplifier à l'extrême, votre petit compagnon va apprendre de sa maman et, surtout, c'est elle qui pose des limites.


Répartir l'inné et l'acquis
Un chat reste un chat ! Quoique... Ce que le chaton peut acquérir au cours de la phase d'apprentissage est important. Sa mère, sa famille de naissance puis celle d'adoption contribuent à sa bonne éducation.


L'éducation commence par la richesse
Non, il ne s'agit pas là d'avoir un discours félin de classe sociale ! Mais bien plus de considérer que vous mettez toutes les chances de votre côté en choisissant un chaton qui baigne dans une famille attentive et qui le sollicite avec tact. Très tôt, le petit animal doit être confronté à une large palette de situations. La rencontre avec d'autres congénères, avec d'autres animaux, des enfants et des personnes extérieures l'habitue aune diversité de relations. Il est alors plus apte à comprendre voire à anticiper à l'âge adulte des confrontations tous horizons. Arrivé à la maison, vous poursuivrez dans ce sens mais avec toujours à l'esprit d'agir en douceur ! Vous en profiterez pour le familiariser avec la brosse pour son poil, ses dents et vous le tournerez - calmement ! - dans tous les sens afin qu'il intègre toutes les manipulations que vous seriez amené à effectuer. Mais agissez progressivement. Enfin, il est important, à la fin de chaque séquence "positive", de récompenser le chaton (friandise, caresses, intonations encourageantes, etc.).


Poser des repères
Avec un jeune animal, l'éducation consiste surtout à lui faire reconnaître votre environnement, ses lieux privilégiés et les limites que vous entendez lui donner. Dès le premier jour, tout en continuant à renforcer positivement ses acquisitions, vous allez devoir le familiariser à un nouveau contexte. Mais surtout, il est essentiel de fixer des lieux stratégiques pour lui. La litière, si possible dans l'intimité; la gamelle, en dehors de votre table ; un couchage adapté ; des jeux sur un support vertical et une planche à griffer accessible seront immédiatement mis à sa disposition. Sa mère lui aura appris l'autonomie. C'est à vous de poursuivre son éducation en lui montrant chacun de "ses" endroits. Vous l'encouragez à les utiliser, vous le félicitez lorsqu'il les fréquente et, surtout, vous le laisserez en paix lorsqu'il mange ou utilise sa litière. Concernant les pièces ou meubles que vous aimeriez qu'il ne fréquente pas, les choses seront plus compliquées. Il est normal pour un chaton de rechercher la chaleur, la tranquillité et la hauteur. Donc canapé, fauteuils et lit sont toujours les bienvenus !

Dire non avec justesse
Un chaton apprend à se contrôler grâce à l'éducation reçue de sa mère. Un chat adulte dont vous ne connaissez pas l'histoire, et parfois pas l'origine, peut avoir des gestes et des comportements indésirables. D'une manière générale, ils peuvent être classés dans deux catégories: les agressions et les comportements indésirables. Les premiers se traduisent par des griffades, des morsures voire des attaques inopinées. Les seconds se remarquent par des mictions ou des défécations en dehors du lieu d'aisance habituel. Dans tous les cas, un milieu riche et un environnement stable sont impératifs.

Patience et longueur de temps sont les critères incompressibles pour éduquer un chat adulte. Les agissements qui persistent et deviennent perturbants pour votre animal ou vous-même doivent faire l'objet d'une consultation par un vétérinaire. Un chat qui présente des troubles du comportement peut souffrir physiquement. Dans tous les cas, il exprime un mal-être. Avec le concours de la médecine et votre attention, votre compagnon pourra être (ré) éduqué pour votre joie à tous les deux.
Mais, de votre côté, vous avez un rôle de maître éducateur - de la plus haute importance ! - si la famille d'élevage ne l'a pas fait et à partir du moment où votre chaton est sevré.

 

 


 -Retour-

 

Accueil : L'éducation du chat
Copyright. Toute reproduction même partielle est interdite

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash